Notre Vierge pèlerine

Publié parChristine dans la rubrique Retraites et Pélerinages

Ce 13 mai 2017, en la fête de Notre Dame de Fatima, et en ce jour anniversaire du centenaire des apparitions, notre curé le Père Jacques Bertrand Robert, a béni la statue de ND de Fatima, et l’a remise solennellement à la première famille de notre paroisse qui va l’accueillir chez elle pendant une semaine avant de la confier, le dimanche suivant, à une autre famille et ainsi de suite jusqu’au 13 octobre.

Nous entendons par ce geste, honorer Notre Dame, mieux connaître le message qu’elle a délivré, il y a cent ans aux petits bergers de Fatima, et répondre, à notre mesure, à ses demandes pressantes pour la conversion de chacun et lui demander la grâce de la paix pour notre pays et pour le monde.

La Sainte Vierge a demandé de réciter le chapelet tous les jours. Elle l’a répété instamment lors de ses 6 apparitions, et Sœur Lucie, l’une des voyantes, a écrit le 26 décembre 1957 au Père Fuentes :

 «  Il y a deux moyens pour sauver le monde  : la prière et le sacrifice. Et donc, il y a le saint Rosaire. Regardez, Père  ! La très Sainte Vierge, en ces derniers temps que nous vivons, a donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire. De telle façon qu’il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel, se rapportant à la vie personnelle de chacun de nous, de nos familles, que ce soit des familles qui vivent dans le monde ou des communautés religieuses, ou bien à la vie des peuples et des nations, il n’y a aucun problème, dis-je, si difficile soit-il, que nous ne puissions résoudre par la prière du saint Rosaire. Avec le saint Rosaire nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, nous consolerons Notre-Seigneur et nous obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes.

  Et donc, ayons la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, notre très Sainte Mère, en la considérant comme le siège de la clémence, de la bonté et du pardon, et comme la porte sûre pour entrer au Ciel.  »

(Retrouvez, en PJ, la totalité de l’entretien de Sr Lucie avec le Père Fuentes)

La Sainte Vierge a également demandé de pratiquer la dévotion des premiers samedis du mois, cinq mois consécutifs.

«  Le 10 décembre 1925, la très Sainte Vierge apparut à Sœur Lucie, dans sa cellule monastique et, à côté d’elle, porté par une nuée lumineuse, l’Enfant-Jésus. La très Sainte Vierge mit la main sur l’ épaule de Lucie et lui montra, en même temps, un Cœur entouré d’épines qu’elle tenait dans l’autre main. La très Sainte Vierge lui dit  : Vois, ma fille, mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet, et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme.  »

Alors, ne repoussons pas indéfiniment le moment de répondre aux demandes instantes de la  Vierge. Les promesses attachées à ces « petites » dévotions sont trop importantes pour ne pas en faire cas. Voyez en PJ au bas de cet article, plus de détails sur la façon de les mettre en pratique.

Pour nous faciliter la tâche, le Père Robert dira une messe à 9h, chaque premier samedi de chaque mois jusqu'en octobre. Nous l'en remercions très vivement.