Eglise Saint Pierre

Un document du XIIème siècle permet de dater l’église de cette époque. Dès l’an 1158, le Pape Adrien IV confirme les possessions de l’Abbaye de Saint-Magloire de Paris. Au nombre de celles-ci figure l’église Saint-Pierre de Poigny.
L’église est de dimensions modestes. Des quatre portes qui donnaient accès à l’édifice, deux subsistent. A côté de la porte sud se trouve encore une porte très basse et étroite qui donne directement sur les fonts baptismaux. C’est par cette porte que l’on introduisait autrefois les nouveaux-nés pour le baptême.

Sur la route qui mène à Guipereux se trouve un petit oratoire dédié à Saint Fort. La légende veut qu’aux environs de l’an 300, cet Evêque de Bordeaux, allant à Lutèce, traversa la forêt d’Yveline. Voyant un enfant infirme, pleurant de son malheur, il fit jaillir une source, ordonnant à l’enfant de s’y baigner. L’Evêque le guérit ainsi miraculeusement. Sur le fronton de l’oratoire, on peut lire : « Heureux ou souffrant, passants, recueillez-vous et ayez espoir. L’eau vive de la Foi fait toujours des miracles. »

Le clocher de l’église a l’aspect d’une tour carrée de 25 mètres de hauteur. Depuis l’origine de l’édifice jusqu’en 1904, le cimetière entourait l’église, comme dans toutes nos campagnes. Les restaurations commencées en 1910 mirent à jour plusieurs sépultures, entre autres un caveau où reposent certains membres de la famille d’Angennes, Marquis de Poigny, inhumés sous le chœur de l’église dès le XVIème siècle.
Les vitraux datent de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle. Dans le chœur, on remarque un tableau du Christ en Croix et une statue de l’enfant Jésus provenant de Prague.

Consulter l’Observatoire du Patrimoine Religieux