Eglise Notre Dame de la Bonne Nouvelle

L’église dédiée à Notre-Dame fut construite au XIème siècle, d’après le pouillé de Seine-et-Oise. C’était à l’origine une simple chapelle qui fut modifiée et agrandie au fil des siècles.
Sous l’ancien régime, l’église de Raizeux faisait partie, au religieux, du doyenné d’Epernon dans le diocèse de Chartres. Au civil, elle relevait de l’élection de Montfort l’Amaury dans la généralité d’Orléans. Entre 1771 et 1789, pas moins de 37 prêtres se sont succédés dont Vincent Bouthemard (1771-1777) qui, doué d’une forte personnalité et d’une grande culture, a rédigé les actes municipaux de telle manière qu’ils nous permettent encore aujourd’hui de retrouver les noms des habitants et d’avoir une idée précise de la vie paroissiale de cette époque.

L’église fut très endommagée à la Révolution. Durant cette période elle servit de « temple de la Raison ». Le culte catholique fut de nouveau célébré en l’église Notre-Dame de Raizeux à partir de 1807. Au cours du XIXème siècle, l’église fut réparée et entretenue pour présenter l’architecture et la décoration que nous lui connaissons aujourd’hui.

A l’intérieur de l’église, nous pouvons admirer, sur le côté sud de la nef, un Christ en Croix surmonté d’une peinture datée de la fin du XVIIIème siècle et restaurée en 2000. La cloche, baptisée Marie-Anne, rythme la vie du village. Elle a été bénie en 1877 par Augustin Lecluse, curé de Raizeux, décédé en 1899, dont la sépulture se trouve sous le porche. Notons que plusieurs seigneurs locaux, notables ou personnalités, marguilliers, meuniers et vignerons, ont également bénéficié d’une sépulture in cathedra.

Consulter l’Observatoire du Patrimoine Religieux